Joujma

Ambiance 100% tunisienne
Invité

 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je te chéris, Mutanabbi, de Hamadi Mezzi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange_triste
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 381
Age : 31
Localisation : ahbet el habta dour 3alisar puis 3alimin,3alisar,3alimin e5er beb lounou azra9 tu peux pas le rater
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Je te chéris, Mutanabbi, de Hamadi Mezzi   Mer 27 Aoû - 18:15

La quintessence de l’identité
Le dramaturge et homme de lettres Hamadi Mezzi vient de publier un ouvrage qui
reprend le texte de sa célèbre pièce Je te chéris, Mutanabbi. Il y est question
du syndrome d’influence. Un professeur se trouve, par la pensée et les actes,
soumis à l’action qu’exerce sur lui le poète arabe Mutanabbi (Kûfa 915-Bagdad
965).

Cette force indépendante de sa volonté se fait jour lors d’une opération
chirurgicale que le professeur subit, au moment même où l’anesthésie commence à
agir sur son système nerveux. Avant d’entrer dans un état de profond sommeil, de
narcose, il a juste le temps de vivre le rêve qui lui taraude l’esprit; celui de
s’identifier à son poète préféré et de vivre la réalité de proximité selon une
évaluation approchée de la vision qu’il se fait de Mutanabbi.

Nous ne savons
pas plus sur la personnalité de l’enseignant que ce que nous savons sur
nous-mêmes. Ici, le lecteur se trouve dans une situation toute relative qui n’a
rien d’absolu, un état de transition relatif au passage du Xe au XXe siècle. Un
mouvement rapide de choses et d’idées en relation avec la recherche de notre
identité et à la lumière des bouleversements responsables des mutations et des
évolutions des structures humaines. Un tourbillon alimenté par nos tentatives
d’inscrire en tête de nos préoccupations notre volonté d’exister en dépit d’un
environnement marqué par le doute, la peur et l’impuissance.
Le professeur
souffre moins d’une pathologie à effet morbide que d’une crise existentielle.


Dans ce contexte, l’unité hospitalière se transforme en laboratoire pour
analyser et soigner le dédoublement de la personnalité. Ce trouble lié à
l’inconscient et dont souffre, par effet de contagion, l’interne menace tout le
monde. Cette pathologie semble s’inscrire dans la loi ou plutôt le jeu des vases
isolants, placés à l’intérieur du phénomène des vases communicants. Une image
qui reflète en fait le processus, le schéma de l’itinéraire emprunté par le
professeur dans le but d’aboutir et de se confondre dans le moule du personnage
de Mutanabbi. Cette fusion résulte d’une combinaison osmotique née en dépit de
tout ce qui les sépare comme temps et espace et qui n’est, en définitive, que
la mise en évidence de la quintessence de l’identité.

Je te chéris,
Mutanabbi a été présentée pour la première fois au public le 19 avril 1985 à la
MC Ibn- Rachiq. Elle a fait l’ouverture de la 2e session des JTC, le 7 novembre
1985, et a été jouée à la Bourse du Travail de Tunis. Depuis sa création, elle a
été jouée 42 fois devant le public et enregistrée dans les studios Zini Films et
présentée dans pratiquement toutes les stations de télévision arabes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je te chéris, Mutanabbi, de Hamadi Mezzi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Joujma :: ART :: La poésie-
Sauter vers: